Un article essentiel pour commencer à comprendre

Le magazine Psychologies déroule ce mois-ci les avancées des neurosciences dans le domaine des modes d’apprentissages et leurs applications possibles à tous les niveaux de l’école française.

Depuis 30 ans, les neurosciences décryptent les mécanismes du cerveau en jeu dans les processus d’apprentissages, si bien que l’on parle aujourd’hui de neuroéducation ou de neuropédagogie. Il restait à prendre la décision forte d’appliquer ces découvertes au monde de l’enseignement, dont on connait la puissance d’inertie.

Le ministre Blanquer et son Conseil Scientifique de Education Nationale (CSEN), présidé par Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France, resteront-ils comme ceux qui l’auront fait ? L’avenir le dira.

L’article de Psychologies décline les principaux objectifs visés dans le cadre d’une neuroéducation et les méthodes, anciennes ou nouvelles, à appliquer pour améliorer le rendement d’un système éducatif parfois décrit comme à la dérive. Cela va de « Saisir comment l’enfant apprend… », à « Prendre le temps d’apprendre… », « Calculer plus tôt… », « Chanter ensemble pour connecter les zones cérébrales… » ou « Avoir le droit de se tromper en classe… ».

En éclairage, Stanislas Dehaene, également responsable de l’unité de neuro-imagerie NeuroSpin à Saclay, parle du rôle des enseignants et des manuels scolaires dans l’optique de cette nouvelle approche.

Lire l’article de Psychologies : Les neurosciences font leur rentrée à l’ecole


Visionner une vidéo de Stanislas Dehaene sur le site du collège de France :

2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.